GDEAM-62

http://www.gdeam.com/

2012 : Communiqué du 11-12 (Réserve Naturelle de BdC)

Autre page de ce site sur la question



Communiqué de presse du 11-12-2012

GDEAM - GON - Fédération Nord Nature Environnement

Elus, chasseurs et administration

Tous complices pour saboter la RNN de la baie de Canche


comm-presse-vdn-12-12-2012-parti.jpg

Les associations d’étude et de protection de la nature, le GDEAM, le GON et leur fédération Nord Nature Environnement, sont consternées de voir l’autorité publique et les élus locaux concernés ne rien faire:

- pour faire respecter l’état de droit en laissant perdurer la pratique du braconnage depuis 25 ans (vous avez bien lu : 25 ans !) dans une réserve naturelle interdite à la chasse et aussi classée Zone de Protection Spéciale (ZPS) pour la protection des oiseaux ;

- pour faire cesser le climat d'insécurité permanent qui règne dans la réserve naturelle en période de chasse, situation préjudiciable à tous les autres habitués de la réserve naturelle, qu'ils soient naturalistes, marcheurs, enfants en visite scolaire, groupes de simples promeneurs, etc.

La région Nord - Pas-de-Calais est la dernière de France en matière de protection des espaces naturels. Elle ne compte que 0,36 % de son territoire faisant l’objet d’une protection réglementaire forte.

Or, un député et une minorité de chasseurs trouvent que c’est encore trop ! Alors que les chasseurs de la baie de Canche accaparent déjà les 250 hectares de l'estuaire de la Canche (mollières et abords du fleuve), il leur faut en plus les 20 hectares de la plage des Pauvres qui est l’un des deux seuls reposoirs pour les oiseaux de la baie à marée haute et qui est un lieu unique pour la flore et les oiseaux du littoral de la côte d’Opale. Or, la plage des pauvres est partie intégrante de la Réserve depuis le décret de création de la Réserve en juillet 1987.

Le public est à même de comprendre que se priver de cesquelques hectares de la plage des Pauvres non chassables pour préserver la biodiversité n'est pas un sacrifice inacceptable alors que les vastes étendues de plages de Camiers à Boulogne et du Touquet à Berck sont accessibles aux chasseurs. Les promeneurs sont les bienvenus dans la réserve naturelle dès lors qu’ils ont le souci du respect de la nature qui y est protégée et qu'ils se conforment au règlement de la réserve. Tout le reste n'est que de la désinformation.

Il est d’ailleurs surprenant que le député maire du Touquet se mobilise à ce point pour « défendre » la plage des Pauvres, qui n’en a pas besoin car elle est protégée par la loi, alors que, par ailleurs, il fait tout pour priver les habitués de la forêt du Touquet en continuant à y autoriser la construction de lotissements de luxe pour quelques privilégiés dans le plus grand mépris des décisions de justice (le dernier permis en date est du 28 juillet dernier).

Une amorce de résolution de la situation avait pris corps en janvier 2012 quand le nouveau sous-préfet de Montreuil avait ordonné au gestionnaire de faire procéder au balisage de la réserve pour permettre aux agents de l’ONCFS et d’EDEN 62 de verbaliser les braconniers. Il est incompréhensible que 9 mois après, il opère un virage à 180° et rejette le balisage ce qui facilite le braconnage.

Le refus des autorités de faire respecter la loi, le soutien et l'encouragement de certains élus au braconnage dans une réserve nationale, ne peuvent qu’exacerber les oppositions et sans doute conduire à une condamnation de la France devant la Cour Européenne de Justice.

Les associations et les autres usagers pacifiques de la réserve naturelle ne sont pas dupes de la tentative de manipulation de l’opinion que recherchent une fraction extrémiste des chasseurs et leurs soutiens politiques en laissant croire à une soi-disant nouvelle contrainte préjudiciable à tous les usagers du DPM.

Devant de tels mensonges, les signataires appellent les contrevenants et leurs soutiens à revenir à la raison. S'ils persistent dans la voie de la désinformation et des activités illicites, nos associations se réservent le droit de leur demander des comptes devant la juridiction française comme cela a été le cas pour la réserve du Platier d’Oye. Quant à l'Etat, il doit sortir de la situation ubuesque dans laquelle il s'est laissé enfermer en tolérant trop longtemps la situation, la politique de l'autruche n'ayant conduit qu'à une impasse.

Les citoyens sont-ils vraiment tous égaux devant la loi ? Au regard de la situation en Baie de Canche, force est de constater que ceux qui portent un fusil constituent une catégorie qui peut s'arroger plus de droits que les autres.